Exposition "Ce que l'écologie fait à l'université"

Exposition
2 mai 2024 - 24 mai 2024Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Exposition
Exposition "Ce que l'écologie fait à l'université"
Depuis une dizaine d’années, un nouveau territoire de recherche et d’enseignement est apparu à la frontière entre les sciences dites humaines et les sciences dites naturelles. L’écologie est-elle en train de créer de nouvelles transdisciplinarités et de bouleverser l’ordre établi des savoirs ?
Issue d’une enquête de 3 ans, cette exposition offre un état des lieux et des perspectives sur la place de l’écologie dans l’enseignement supérieur et la recherche. Dans une démarche d’éducation populaire, cette exposition montre à la fois les métamorphoses en cours, et le chemin qui reste à parcourir.
Venez la découvrir du 2 avril au 24 mai au deuxième étage de la Maison de la Création et de l'Innovation.

À l’heure où les universités françaises sont appelées à enseigner « la transition écologique », cette exposition a été conçue comme un outil pour nourrir et faciliter le débat – entre théorie et pratique, entre sciences dites naturelles et sciences dites humaines, entre écologistes et non écologistes, entre profs et étudiant·es.

Particulièrement destinée aux étudiant·es et aux enseignant·es-chercheu·ses, cette exposition voudrait :
donner des outils pratiques pour se repérer dans la galaxie en expansion de la « transition écologique » (cours, lexique, publications, projets de recherche…) ;
aider à repérer ce qui relève de l’écologie et ce qui relève du greenwashing ;
partager des questions qui agitent les institutions d’enseignement et de recherche, identifier des zones sensibles, des zones de friction ;
ouvrir des perspectives en vue de construire des projets de recherche et d’enseignement encore plus pertinents pour répondre à la crise écologique.

Cette exposition rend compte d'une enquête initiée et réalisée par les éditions Wildproject, et produit par le Centre des Politiques de la Terre.
Elle a été menée entre 2020 et 2023, par Baptiste Lanaspeze et Marin Schaffner, éditeurs et auteurs, avec l'appui de Joanne Clavel, écologue et chercheuse en esthétique, Anne-Sophie Milon, chargée de projets, Magali Ader et Jérôme Gaillardet, géochimistes, et Nathalie Blanc, géographe.

Du côté de l'UGA c'est le laboratoire Pacte qui a été sollicitée. Claire Revol, philosophe, sciences du territoire a travaillé sur ce projet ainsi que Olivier Labussière, géographe, Pierre-Olivier Garcia, géographe, Guillaume Mandil, ingénierie, Basile Hector, hydrologie, Philipe Choler, écologie, Isabelle Arpin, agronomie et sociologie.


Des ateliers en parallèle de cette exposition

Vendredi 17 mai -  9h30-13h - Atelier Obs4SHS

Organisé par : Claire Revol (Pacte), Sandrine Allain (Lessem) Marie Forget et Clémence Perrin-Malterre (Edytem)

Nous proposons une première rencontre de l'atelier Obs4SHS qui propose d’aborder les aspects méthodologiques d’observation en SHS pour fédérer la communauté scientifique autour des questions d’habitabilité portées par l'OSUG. L’objectif des ateliers est de renforcer l’interconnaissance des différent.es équipes et membres SHS de l’OSUG, mais également de contribuer à des rapprochements entre sciences humaines et sociales et science du vivant / de la Terre / de l’Univers. 

Nous proposerons un atelier à partir de la visite de l'exposition; L'atelier permettra un temps de réception et de positionnement par rapport aux constats présentés par l'exposition ainsi qu'une interconnaissance des recherches des membres. Une cartographie des actions menées par nos laboratoires sera élaborée. Dans un deuxième temps, un exposé de Jean-François Ruault (LESSEM), “l’habitabilité au prisme des SHS” sera suivi d’un temps d’échanges. Nos discussions viserons à élaborer un programme pour l'atelier.

Cet atelier est ouvert à tous les membres de la Fédération OSUG qui s'intéressent aux SHS. Il s'adresse également à ceux qui sont intéressés par les croisements avec différentes disciplines.

Mardi 21 mai - 18h - Le Soir Anthropocène autour de l'exposition

Lundi 3 juin - Atelier participatif sur la systémique - 17h/19h

Nos actions n’ont jamais qu’une conséquence unique, et parfois nous sommes pris au dépourvu par leurs effets indirects. Appréhender ces effets est une chose difficile, mais pourtant cruciale de part la fréquence des relations d’interdépendance dans nos sociétés contemporaines.

L’approche systémique nous fournit des outils et des concepts afin de rendre compréhensive ces relations entre différents acteurs et différentes temporalités. Dans cet atelier, nous verrons comment l’usage de diagrammes causaux peut nous aider dans cette tâche et comment certains motifs généraux (archétypes) peuvent contribuer à rendre intelligible des situations pourtant très diverses.
Publié le  12 mars 2024
Mis à jour le  13 mai 2024