Atelier "Sens"

Les ravages écologiques en cours, les scénarios catastrophes du GIEC, la nécessité de revoir nos modes de production et de consommation qui est avancée par la communauté scientifique elle-même rendent la question inévitable pour toutes et tous, à tous les niveaux d’organisation :
Qu'en est-il de notre activité de recherche scientifique ?
Comment s’intègre-t-elle dans les sociétés actuelles et dans la part destructrice de leur fonctionnement, et comment l’intégrer dans les scénarios prospectifs à moyen et long terme ?

Ces questions en ouvrent une plus large, plus ancienne, mais dont les scientifiques s’emparent rarement :
Est-ce que les résultats de nos recherches participent à la construction d’un monde qui correspond à nos valeurs ?

Pour aborder cette question, il faut apprendre à expliciter les valeurs avec lesquelles nous travaillons, et comprendre les tenants et aboutissants de nos recherches, démarche qui relève de l’histoire, de la philosophie, de la sociologie, de la politique, de l’économie, du droit, et de l’éthique de nos disciplines, auxquels nous ne sommes, en majorité, pas formés.

Cet atelier a été conçu dans le but de fournir des outils et des ressources pour s’emparer de cette question, avec un groupe de 5 à 15 personnes dont l’activité professionnelle est liée à la recherche, et dont l’un·e des membres au moins a déjà suivi un atelier, et qui l’animera. Une équipe de recherche, un laboratoire ou une université peuvent par exemple organiser de tels ateliers.

Objectifs

L'atelier SEnS a pour objectifs de :
  • Fournir un espace et un cadre de discussion collective sur les conséquences de nos recherches, les valeurs qu’elles véhiculent et le rôle de la recherche scientifique dans l’Anthropocène.
  • Sensibiliser aux sciences humaines et sociales, et en particulier à la philosophie, l’histoire, et la sociologie des sciences.
  • Amorcer un travail collectif de construction d'une responsabilité sociale et environnementale de la recherche
  • Il ne cherche pas à mettre tout le monde d’accord, mais plutôt à offrir des moyens de se positionner sur les enjeux environnementaux, au-delà des calculs d’empreinte environnementale.

Programme de l'atelier

Une journée entière de 9h à 17h structurée autour de quatre séquences :
  • Pourquoi travaillez-vous dans la recherche scientifique ? Au-delà des réponses individuelles mêlant intérêts personnels et opportunités, les participants sont encouragés à se demander quelles sont les composantes économiques et sociales qui ont façonné leur parcours.
  • Cartographie des valeurs et attachements : Expliciter et discuter certaines dépendances, tensions, contradictions ou déséquilibres entre les différentes composantes (épistémiques, économiques, sociales, environnementales etc.) des métiers de la recherche
  • Échanges autour de la ressource documentaire : Identifier certains points de désaccord au sein du groupe et amorcer une discussion autour de ces questions en s'appuyant sur des éléments de la ressource documentaire issus des sciences humaines et sociales
  • Prospective : Imaginer des tendances et des ruptures susceptibles d'advenir et qui peuvent avoir des conséquences sur la recherche à l’horizon 2040 ; les classer subjectivement en fonction de leur probabilité, leur impact et leur désirabilité afin de construire ensemble un scénario commun qui paraît désirable au groupe.

Public visé

L'atelier peut être déployé auprès de n'importe quel groupe de personnes (jusqu'à 15) dont l’activité est en rapport avec la recherche scientifique : chercheurs, mais aussi ingénieurs, personnel administratif, ou associatif dont l’objet serait en lien avec la production de connaissances et de technologies, etc. Une équipe de recherche, un laboratoire ou une université peuvent par exemple organiser de tels ateliers.

Cet atelier a été conçu par Sophie Quinton (chercheuse et chargée de mission "Sciences, Environnements et Sociétés" à l'Inria Grenoble) et Eric Tannier (chercheur à l'Inria Lyon), dans le cadre du collectif SEnS-GRA (Sciences, Environnements et Sociétés à l'Inria Grenoble Rhône-Alpes).
 
Publié le  11 avril 2022
Mis à jour le 3 mai 2022